Marianne Piketty – violon, direction artistique

bios_mp

De Bach à Piazzolla, de la diminution baroque à la création contemporaine, la violoniste Marianne Piketty développe une carrière aussi dynamique que versatile. Ses apparitions solistes, en récital, à la tête d’un ensemble, ainsi que ses nombreux projets de musique de chambre font parler de « Densité, fougue, virtuosité, intériorité et générosité ». Entre autres.
Marianne Piketty donne son premier concert en soliste à la Salle Pleyel, âgée de sept ans, puis elle se diplôme au CNSM de Paris et à la Juilliard School de New-York dans la classe de Dorothy DeLay. Elle est l’une des héritières de la tradition classique du violon grâce à sa formation auprès de grands maîtres tels que Itzhak Perlman ou Yehudi Menuhin.

Son implication dans la recherche interprétative l’amène à poursuivre sa formation en musique ancienne auprès d’Odile Edouard et Olivier Fourés.

Depuis ses débuts au Carnegie Hall de New York, elle poursuit une importante carrière internationale. Aussi, elle est invitée de Paris à Saint Petersbourg à se produire en soliste sous la baguette de chefs tels que Yehudi Menuhin, Pascal Verrot, Pascal Rophé, Georges Pelhivanian, Eric Bergel, Jean-Jacques Kantorow.

Artiste aussi charismatique qu’incontournable dans l’hexagone, Marianne Piketty se distingue notamment par une extraordinaire envie d’entreprendre, un goût inépuisable pour les nouvelles rencontres et la performance, avec toujours au cœur la volonté de partage et l’esprit du collectif. La rigueur, l’exigence et le dépassement de soi sont les maîtres mots d’une violoniste qui pratique son instrument au pas de course, au rythme d’un athlète.

Passionnée de musique de chambre, Marianne Piketty compte parmi ses partenaires les pianistes Dana Ciocarlie, Sofya Gulyak, Éric Le sage, Silke Avenhaus, ainsi que les violoncellistes Xavier Phillips, Emmanuelle Bertrand, Ophélie Gaillard, Jean-Guihen Queyras, les clarinettistes Paul Meyer et Chen Halevi ou encore l’accordéoniste Pascal Contet et la marimbiste Vassilena Serafimova.

Engagée dans la création contemporaine, elle passe commande auprès de nombreux compositeurs actuels. Elle donne la première à Kiev du concerto de Renaud Gagneux avec l’Orchestre de la Philharmonie d’Ukraine, et est dédicataire d’œuvres de Graciane Finzi, Edith Canat de Chizy, Laurent Mettraux, Renaud Gagneux, Javier Torres Maldonado, Jean-Pierre Drouet, Tomas Bordalejo, Benjamin Attahir.

Elle est également particulièrement investie dans la redécouverte de la musique française rare des XIX et XXe siècles et fait preuve d’un engagement sans faille dans la défense et la mise en valeur des femmes compositrices.

En 2013, Marianne Piketty réunit autour d’elle Le Concert Idéal, ensemble à géométrie variable de jeunes solistes et chambristes qui emploient toutes leurs ressources pour explorer la musique sous toutes ses coutures, au travers du temps et de l’espace mais aussi de ses relations avec la littérature, le théâtre et la danse.

En tournée depuis 2016, leur spectacle chorégraphiée et mis en lumière Vivaldi Piazzolla est unanimement accueilli par la Presse et le public. Leur premier enregistrement, sorti en avril 2016 chez Harmonia Mundi Little Village a reçu le
Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros.

Nouvellement en résidence à l’Abbaye de Noirlac, Le Concert Idéal travaille à ses prochaines créations, notamment le spectacle « Arianna » qui entremêlera les œuvres emblématiques de Locatelli et une création d’Alex Nante. Le spectacle sera mis en lumière et en espace par Olivier Fourés, créé en Juin 2018 et enregistré pour le label Aparté.

Marianne Piketty a enregistré l’intégrale des sonates pour violon seul d’Eugène Ysaye. Ses enregistrements avec la pianiste Dana Ciocarlie ont fait écrire au journal Le Monde : « … un duo hors pair. Le violon de Marianne Piketty a une pointe de Paganini au bout de l’archet et des gènes tziganes dans le creux des cordes. »

Marianne Piketty est par ailleurs professeur au CNSM de Lyon et donne de nombreuses master classes en Europe et en Asie. Elle est directrice artistique de l’Association Musique à Saint-Quentin en Yvelines, des Rencontres Internationales de Mirecourt, du festival Musique aux 4 Horizons à Ronchamp et du festival Mel Bonis à Vienne.

Marianne Piketty joue un violon vénitien de Carlo Tononi daté de 1685.

www.mariannepiketty.com

Julie Friez – violon

Diplômée du CNSMD de Lyon en violon moderne, Julie Friez intègre dans un premier temps l’Orchestre de Paris puis l’Orchestre National de Lyon aux postes respectifs de tuttiste et de co-soliste.

Elle mène parallèlement une carrière de chambriste au sein du quatuor Satie avec lequel elle participe à de nombreux festivals (Musiques démesurées à la Comédie de Clermont-Ferrand, Palazzetto Bru Zane à Venise, Cervantino au Mexique, la Chaise Dieu..) et enregistre deux disques consacrés à la musique romantique française du 19ème.

Curieuse d’explorer d’autres horizons, elle quitte son poste à l’orchestre National de Lyon,
et étudie le violon baroque auprès de Patrick Bismuth. Elle joue depuis lors au sein des meilleurs ensembles sur instruments historiques tels que Les Siècles, Le Concert Spirituel, Les Musiciens du Louvre, Pygmalion.

Pauline Buet – violoncelle

bios_pbDès ses débuts à l’âge de trois ans dans la classe de sa maman, professeur de violoncelle en Alençon, Pauline Buet reçoit un enseignement basé sur le plaisir du jeu, de l’écoute et de la découverte des répertoires.

Ce sont ces mots d’ordre qui, tels un leitmotiv, dictent les premiers choix de sa carrière et expliquent un parcours empreint d’éclectisme: la musique de chambre, en « formation sonate » avec la pianiste Katia Krivokotchenko (Lizst, Rachmaninof, Chostakovitch, Piazzola) ou sous les conseils d’Alain Meunier et Bruno Pasquier au CNSM de Paris. La musique baroque, et la place privilégiée qu’elle offre au violoncelle dans la basse continue, avec les Arts Florissants de William Christie, la Grande Ecurie et la Chambre du Roy de Jean-Claude Malgoire (disque Missa Solemnis Pro Die Acclamationis Johannis VI, K617, 2009), les Musiciens du Paradis d’Alain Buet. La création contemporaine, pour l’alliance de la musique aux jeux théâtraux et visuels, telles les créations de Nicolas Frize ou des dialogues avec la danse. Le théâtre musical, avec la Péniche Opéra. Jusqu’au jazz et l’enregistrement de deux disques en 2008.

Plaisir donc, mais aussi exigence d’un travail marqué par les enseignements de Jean-Marie Gamard au CNSM de Paris dont elle obtient le Prix en 2007, Peter Hörr et Peter Bruns à Leipzig, puis en perfectionnement auprès d’Emmanuelle Bertrand et d’Emmanuel Balssa.

Ce parcours la conduit aujourd’hui à privilégier la musique d’ensemble et le récital. Avec le Quatuor Tercea, Prix de la Meilleure Interprétation d’une œuvre de Dvorak au Concours International de quatuor à cordes Léos Janacek de Brno, Prix du Public au festival Nouveaux Talents de Villers-sur-Mer, elle remporte le premier Prix et le Prix du public au cinquième Concours international de musique de chambre pour quatuors à cordes de Trondheim. Le quatuor se produit en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Norvège, au Danemark, au Canada, ou encore, en France, au festival de Menton et aux Flaneries de Reims. Fondatrice du jeune Ensemble Hypnos aux côtés de Jérémy Pasquier, Raphaël et Sarah Jacob, Justina Zajancauskaite et Stéphanie Réthoré, elle propose le répertoire pour sextuor à cordes et ne tarde pas à être programmée aux festivals Jeunes Talents, Musique dans le Grésivaudan, Promenades Musicales en Pays d’Auge et dans les salles parisiennes. Sa sincérité musicale, le magnétisme qu’elle exerce, le dialogue qu’elle instaure avec le public la poussent à se produire seule, dans les suites de Bach, de Bloch, ou dans les jeux sonores des pièces de Kaija Saariaho qu’elle affectionne particulièrement.

Revue de presse « Pauline Buet au violoncelle est remarquable de bout en bout: ses attaques sont variées, pertinentes, son instrument chante ou gronde toujours à bon escient. » Carlos Tinoco, ClassicInfo.com, mai 2010.

Marine Clermont – contrebasse

Marine Clermont est contrebassiste à l’Orchestre de la Garde Républicaine. Elle joue également avec l’Orchestre de l’Opéra de Paris, l’Orchestre National de France, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Ensemble Intercontemporain. Elle a ainsi joué ainsi sous la baguette de chefs tels que Myung-Whun Chung, Philippe Jordan, Pierre Boulez, ou Michel Plasson. Intéressée par le développement de la contrebasse soliste, elle est amenée à jouer le répertoire concertant avec le Wratislava Chamber Orchestra, avec l’Orchestre Festiv’Academy, l’Orchestre des Jeunes Talents Lyonnais.

Elle a été formée au CNSMD de Lyon dans la classe de Bernard Cazauran, où elle obtient son prix en 2008, puis à la Hochschule de Munich avec le virtuose Roman Patkolo, et au CNSMD de Paris où elle obtient son CA en 2012.

En 2011, Marine Clermont a fait partie de l’Académie internationale du Festival de Lucerne, dirigée par Pierre Boulez ; en 2014, elle participe à l’International Summer Academy de Lüneburger Heide avec Nabil Shehata. Ses diverses tournées l’ont déjà menée en Chine, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Angleterre, en Russie, en Suisse, ainsi qu’à l’Ile de la Réunion.

Parallèlement à son activité d’interprète, Marine Clermont est professeur dans les conservatoires de Bourg-la-Reine/Sceaux et de Cachan.

Laurène Durantel – contrebasse

La contrebasse est un instrument qui s’en usage de bien des façons. Laurène Durantel est un de ces artistes qui veut jouer avec toutes les facettes de son instrument.

Après des études au Conservatoire National de Paris, elle devient membre de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, puis contrebasse solo du même orchestre.

Elle enregistre deux disques consacrés au compositeur G. Bottesini, avec le piano Daniel Benzakoun et le violoniste Eric Lacrouts.

En tant que chambriste et soliste, elle joue dans les grandes salles européennes, Wigmore Hall, Théâtre de la Ville, Hamburg Laeiszhalle.. auprès de musiciens tels que le quatuor Ébène, Elias quartet, Belcea quartet, Valentin Erben, Francois Salque, Matthias Goerne, Celine Frisch, Mark Bouchkov…

Elle accorde une part centrale à la pédagogie, et une réelle réflexion à l’enseignement. Elle fonde en 2003 L’Académie de Contrebasse, qui durera dix ans.

Membre de l’ensemble Carpe Diem, professeur au CRR de Toulouse, elle est maintenant membre de l’Ensemble 360 depuis sa création.

Elle joue désormais avec l’Ensemble Variances et le compositeur Thierry Pecou, l’Ensemble Calliopee, l’Ensemble TM+.
Elle fait partie du quintette à cordes Mustang, avec Geneviève Laurenceau.
Elle reçoit en 2015 le Prix Nordmetall au festival Meckenburg-Vorpommen, et est lauréate Juventus 2013.
Son nouveau spectacle, Tue-tête, sera présenté en novembre au Théâtre de la Ville.

Satryo Yudomartono – alto

Né à Bandung en Indonésie, Satryo est venu à Paris dans le but de perfectionner son parcours musical. Après avoir obtenu le Premier Prix de Violon, d’Alto, DNSPM de Violon et d’Alto Baroque, et la licence de musicologie il a vite trouvé ses repères en France. A l’alto, Satryo couvre toutes les périodes tandis qu’au violon, seul le répertoire précédent le XIXè siècle le passionne. Attiré par la musique orchestrale, il a su exprimer son talent au sein de nombreux orchestres renommés.

Son caractère énergique et éclectique lui permet de se produire, d’une part en tant que musicien moderne mais aussi ancien, avec différents ensembles et orchestres dans de grandes salle renommées, tels que la Salle Pleyel, le Théâtre du Châtelet, l’Opéra Royale du Chateau de Versailles, Theatre des Champs-Elysées, la Philharmonie de Paris, Teatro Filarmonico di Verona …

Il s’est notamment produit sur scène avec l’Orchestre Prométhée, Sinfonia Pop Orchestra, ou encore l’Orchestre Pasdeloup. Les orchestres avec instruments d’époque ne lui sont pas non plus étrangers,ses collaborations avec Ensemble La Fenice, Theresia Orchestra, Simphonie du Marais, Le Concert Spirituel ou encore Les Siècles en témoignent.

 

Marine Gandon – alto

bios_mgAprès avoir étudié avec Lawrence Power au Royal College of Music de Londres, Marine Gandon a obtenu son master d’alto mention Très Bien dans la classe de Jean Sulem au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. Elle y poursuit actuellement son cursus dans la formation au CA et en master de quatuor à cordes avec le Quatuor Tosca. Ce quatuor s’est produit salle Pleyel, aux Invalides ainsi qu’en direct sur France Musique. Marine a également fondé l’Élixir Trio en 2007 avec qui elle a travaillé dans la classe du Quatuor Ysaye au Conservatoire de Région de Paris. L’Élixir Trio, lauréat de l’Académie Ravel, du concours de la FNAPEC et de la St Martin Competition à Londres, a participé à l’Académie de musique de chambre du Festival d’Aix en Provence. Marine a aussi eu l’occasion de jouer avec des musiciens tels qu’Emmanuelle Bertrand, Sylvie Gazeau, Pierre-Henri Xuereb ou Roland Pidoux…  Par ailleurs, Marine participe régulièrement à des concerts avec l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de France ou l’Orchestre de l’Opéra de Paris. Marine Gandon est lauréate-boursière de Mécénat Musical Société Générale pour l’année académique 2012/2013.

Ludovic Coutineau – contrebasse

Ludovic Coutineau étudia la contrebasse au conservatoire de Poitiers où il a obtenu un DEM à l’unanimité. Durant sa formation il travailla la musique improvisée et participa a des créations avec Claude Magne et Jackie Taffanel. Parallèlement il découvrit la contrebasse historique au sein du Jeune Orchestre Atlantique et finit sa formation auprès de Richard Myron au conservatoire de Paris (CNR) où il obtint un master de musique ancienne. Il se produit dans beaucoup d’ensembles baroques : l’ensemble Amarillis, les Ambassadeurs, Le Concert d’ Astrée, Les Cris de Paris, Opéra Fuoco, Ensemble Consonance, La Simphonie du Marais.
Passionné par le travail de la matière, il se forme à l’archèterie auprès de Craig Ryder. Il est aussi co-fondateur d’une entreprise de fabrication de cordes harmoniques en boyaux.
Ludovic est aussi Maître enseignant de Reiki, technique de soin japonaise issu du bouddhisme ésotérique.

Clément Geoffroy – clavecin

Clément Geoffroy commence le clavecin à huit ans au CRR de Nantes dans la classe de Jocelyne Cuiller. Après avoir obtenu son DEM, il part étudier à Paris auprès de Bertrand Cuiller et de Frédéric Michel. Il intègre ensuite la classe de clavecin d’Olivier Baumont, de basse continue de Blandine Rannou et de musique de chambre de Kenneth Weiss du CNSMDP. Il obtient son Master en 2013 puis se perfectionne au CRR de Paris dans la classe de chef de chant de Stéphane Fuget.

En novembre 2011 il remporte le Premier prix au concours de clavecin Paola Bernardi de Bologne.

Continuiste très demandé, Clément Geoffroy a déjà eu la chance de collaborer avec plusieurs ensembles comme Pygmalion, Correspondance, La Rêveuse, Opéra Fuoco, Fuoco e Cenere, Stradivaria, La Chapelle Rhénane…

Il est membre fondateur de L’Escadron Volant de la Reine, ensemble actuellement en résidence à la fondation Singer-Polignac. En 2015 l’Escadron remporte le premier prix et le prix du public au premier concours de musique de chambre du Val de Loire, présidé par William Christie. Leur premier disque, Notturno, est paru en 2016 chez Evidence et le second, Il Furibondo est paru au printemps 2017 chez B-Records.

Sortant des sentiers battus, il s’adonne régulièrement au jeu à deux clavecins. Avec Loris Barrucand, ils transcrivent et joue la musique de Rameau, Jean-Féry Rebel, Boismortier… Collaborant également avec les compagnies de danse Beaux-Champs et Les Jardins Chorégraphiques pour des spectacles inédits. Clément joue aussi avec la claveciniste Gwennaëlle Alibert. Ils transcrivent ensemble des concerti de Vivaldi, qui feront l’objet d’un disque dont la sortie est prévue à l’automne 2017 chez l’Encelade.

Bruno Helstroffer – théorbes

bios_bhGuitariste classique puis électrique, autodidacte du théorbe et des musiques anciennes, Bruno Helstroffer est sollicité en qualité d’interprète par les orchestres baroques (Le Concert Spirituel, Le Poème Harmonique…) et par les formations de chambre (Amarillis, Les Musiciens de Saint-Julien, Barcarole…) avec lesquels il se produit dans le monde et réalise une vingtaine d’enregistrements discographiques.

En parallèle il s’engage dans le spectacle vivant afin de renouer avec l’aspect créatif du musicien, dans les domaines du théâtre, de la danse contemporaine, de l‘accompagnement de chanteurs populaires et des performances artistiques pluridisciplinaires (poètes, circassiens, marionnettes etc.).

Mêlant improvisation contemporaine, pièces de répertoire et poèmes, son solo de théorbe original intitulé La Chambre a été apprécié en France dans les festivals de musiques anciennes (Saintes…) comme sur la scène populaire (Trianon de Paris…) et à l’étranger (Pologne, Allemagne, Danemark…).

Pour Love I Obey, il invite au sein de son propre ensemble la chanteuse folk Rosemary Standley à élaborer un programme fantasmagorique à partir des ballades anglaises du 17e siècle et des folksongs traditionnelles américaines. Le disque paraitra sur le label Alpha et les premières représentations auront lieu à la Cité de la Musique de Paris en janvier 2015.

La fusion des langages qu’il aborde devient une identité musicale originale qui le conduit régulièrement à se produire et à enregistrer avec des jazzmen (Michel Godard&Steve Swallow, David Chevalier, Jasser Haj Youssef, Joël Grare…) ou des artistes pop (Sapho, Moriarty, Savoye).

À la frontière de styles musicaux, il marque ainsi sa volonté de marier habilement ses multiples expériences et propose une communication entre genres et artistes d’horizons différents.

Izleh Henry – violon

Izleh Henry commence le violon à l’âge de huit ans et entre cinq ans plus tard dans la classe Matis Vaitsner au Conservatoire du XIXe arrondissement de Paris. Au cours de masterclasses, il reçoit parallèlement les conseils de Cyrus Forough et Mikhail Vaiman.

En 2006, alors âgé de 17 ans, il intègre le CNSMD de Lyon et la classe de Marianne Piketty assistée de Nathalie Geoffray-Canavesio et de Dominique Lonca.

Soucieux de s’enrichir de nouvelles expériences, il décide de partir se perfectionner à l’Université des Arts de Berlin (UdK) et rejoint le Master Soliste dans la classe de Mark Gothoni en 2011. Il bénéficie en 2012 du programme Erasmus et de l’enseignement de Michael Frischenschlager à l’Université de Musique de Vienne (MDW)

L’influence de ces diverses écoles l’amène à s’interroger sur les sources de l’interprétation et révèle alors son goût pour l’interprétation historiquement informée. Il entre alors en 2012 en Master Soliste d’interprétation historique dans la classe de violon/alto d’Irmgard Huntgeburth à l’Université des Arts de Berlin (UdK). La même année, Izleh est sélectionné pour participer à l’académie de l’ « Orchestra of the Age of Enlightenment » de Londres.

Son expérience de la pratique sur instruments d’époque lui permet d’être invité comme formateur par le Jeune Orchestre Atlantique sous la direction de Phillipe Herreweghe, mais également de se produire au sein de divers ensembles spécialisés en tant que leader, soliste ou tuttiste.

Izleh est lauréat de la fondation DAAD 2013/2014.

Amaryllis Jarczyk – violoncelle

bios_ajNée en 1987 dans une famille de musiciens, Amaryllis Jarczyk débute l’apprentissage de la musique à l’âge de quatre ans et choisi le violoncelle cinq ans plus tard. À Montréal, sa ville natale, elle a étudié à l’école Pierre-Laporte, au Conservatoire de musique de Montréal et à l’université McGill auprès de Matt Haimovitz, Denis Brott et Jocelyne Leduc. En septembre 2011, Amaryllis était admise au  Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon dans la classe de Yvan Chiffoleau.

Elle a donné de nombreux concerts en tant que chambriste, soliste et musicienne d’orchestre en Amérique du Nord et en Europe. On a pu l’entendre en récital à Montréal (Jeunesses Musicales, Salle Schulich, Chapelle Historique du Bon-Pasteur) et en France à Lyon. Elle a été soliste avec l’orchestre symphonique de Québec, l’orchestre philharmonique de Koszalin, l’orchestre symphonique du Conservatoire de Montréal et à deux reprises avec l’orchestre symphonique des jeunes de Montréal.

Ses divers intérêts musicaux l’amènent à jouer tant de la musique contemporaine que de la musique ancienne sur instruments d’époque. Elle a entre autre collaboré avec Steve Dann, Antonio Lysy, Daniel Taylor, Chiara Bianchini, les musiciens du Nash Ensemble et du London Haydn String Quartet ainsi que les Solistes de l’Opéra de Lyon. De plus, elle est membre de l’ensemble Uccello avec lequel elle a participé au festival SXSW et a été nominée pour un Grammy Award pour le disque Meeting of the Spirits.

En violoncelle et en musique de chambre, Amaryllis a bénéficié des conseils de Philippe Muller, Roel Dieltiens, Philippe Bary, Daniel Müller-Schott, Volker Jacobssen, Gerhard Schulz, Raphael Wallfisch. Carole Sirois, Blair Lofgren, Ivan Monighetti…

Amaryllis est lauréate de nombreux Prix et bourses, notamment Ether-Jamieson, Constance-Hamilton, Lewis et Millie Lutter, le prix Phyllis Reeves et le Prix Sandra-Wilson. Elle est actuellement récipiendaire d’une bourse du FQRSC pour la poursuite de ses études en France.

Ludovic Levionnois – alto

Né en 1993, Ludovic Levionnois débute l’alto à Angers dans la classe de François Hetsch où il obtient son DEM à seize ans. Il s’est perfectionné par la suite au CNSMD de Paris dans la classe de Jean Sulem. Il a bénéficié, entre autres, des conseils du quatuor Ébène, de Barbara Westphal, Tatjana Masurenko, Frédéric Kirch et Christophe Gaugué.

Il a participé aux festivals de Deauville aux côtés du quatuor Ébène, des Arcs où il est invité pour la cinquième année consécutive en tant que Jeune Talent ainsi qu’au Festival des Voûtes Célestes et a été finaliste du concours des Jeunes Altistes et du concours d’Épernay en 2008.

Ludovic a été invité à se produire en soliste pour l’été 2016 aux côtés de l’Orchestre des Jeunes du Centre dans le concerto de B. Bartók.

Il joue régulièrement au sein de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, de l’orchestre Prométhée et de l’ensemble Le Concert Idéal.

Intéressé par le mélange des différents styles de musique, il a également joué les 8 saisons de Vivaldi et de Piazzolla aux côtés de Richard Galliano.

Il joue un alto de Patrick Robin de 2009.

Elsa Moatti – violon

Du violon baroque à la création contemporaine, en passant par l’improvisation, le théâtre musical et le cinéma, Elsa Moatti se produit avec différents artistes et ensembles, tels que les Talens Lyriques dirigés par Christophe Rousset, la claveciniste Blandine Rannou, le chanteur et metteur en scène Arnaud Marzorati dans le spectacle Atys en Folie produit par le CMBV, l’Ensemble Intercontemporain, la compagnie Voque de Jacques Rebotier, la comédienne Emmanuelle Cordoliani, le quatuor de ciné-concert Medvedkine, le quatuor Eleanora réuni autour du jazzman Vincent Lê Quang, et elle tourne dans le film italien Dentro de Andrés Arce Maldonado.

En tant que soliste, elle est invitée à jouer le concerto en mi mineur de Mendelssohn et le concerto en ré majeur de Beethoven sous la baguette de Gaël Péron, ainsi qu’avec l’orchestre PSL sous la baguette de Johan Farjot, en Europe, en Chine et en Israël. Elle se produit également en sonate avec la pianiste Hannah Moatti, et la pianiste Célia Oneto-Bensaïd avec qui elle est lauréate de l’Académie Ravel en 2016 et joue dans des festivals tels que Les Moments Musicaux de Chalosse et L’Estival de la Bâtie.

Elle rejoint Le Concert Idéal dirigé par Marianne Piketty avec le spectacle Vivaldi-Piazzolla, produit entre autres au festival d’Avignon.

Titulaire du DNSPM de violon ainsi que du Prix d’improvisation générative obtenu avec les félicitations du jury, elle poursuit ses études en master au CNSMDP dans la classe de Stéphanie-Marie Degand. Elle joue un violon Joël Klépal fait à Paris en 2013 et un violon baroque Friedrich Meinel fait en Allemagne en 1760.

Laurent Pellegrino – violon

Né en 1986, Laurent Pellegrino est accepté en 2003 au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris dans la classe de Larissa Kolos avec laquelle il étudie pendant quatre ans. Tout au long de sa scolarité, il participa à différentes formations en musique de chambre telle qu’en sonate, trio avec piano, quatuor à cordes, quintette avec deux altos ou deux violoncelles ou septuor avec harpe. En 2007, Laurent Pellegrino est admis au Conservatoire National de Musique et de Danse de Lyon dans la classe de Marianne Piketty, Dominique Lonca et Nathalie Geoffray-Canavesio. Il a été invité la même année à se produire en récital dans le cadre du stage Musicora à Rouffach, ainsi qu’avec le Trio Steuermann en salle Molière à Lyon durant les Journées de la Musique de Chambre.

Il a bénéficié des conseils d’Olivier Charlier, Petru Monteanu, Stéphane Piquard, Marc Danel et du Quatuor Ysaÿe. Son ouverture d’esprit et sa curiosité pour le répertoire classique et la musique contemporaine l’amène à se produire régulièrement avec l’Orchestre National de Caen et l’Ensemble Multilatéral.

Damien Pouvreau – théorbes

photo-damienpouvreau

Guitariste polyvalent (musiques contemporaines, actuelles, musiques pour le théâtre), Damien Pouvreau se spécialise aussi dans la pratique des instruments anciens : théorbe, luth et guitare baroque. Il se produit en concert dans de nombreux festivals ainsi qu’à la radio, en France et à l’étranger : Italie (Villa Médicis et Palais Farnèse), Chine (Cité Interdite), Chili, Angleterre, Grèce, Autriche, Pologne, Suisse, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Espagne…

Par ailleurs, il s’engage activement dans la création. Depuis 2007, il a conçu une dizaine de spectacles originaux mêlant littérature, théâtre, danse et musique pour des lieux prestigieux.

Il est également l’auteur du conte musical Presque Reine… paru aux Éditions Éveil et Découvertes avec les comédiens Didier Sandre (Comédie Française), Lorant Deutsch, la chanteuse Isabelle Druet et quatorze musiciens (« Coup de Cœur 2014 » par l’Académie Charles Cros et « Coup de Cœur » Télérama Enfants)

Depuis avril 2015, il interprète, seul en scène, 2710 Jours de ma jeunesse, une création scénique et musicale imaginée d’après les écrits de son grand-père, prisonnier pendant la Seconde Guerre Mondiale. 
Toujours avide de rencontres originales et d’expériences atypiques, Damien Pouvreau est aussi sollicité comme musicien et/ou comédien par des metteurs en scène et auteurs contemporains.

www.damienpouvreau.com

Romane Queyras – violon

bios_qrRomane Queyras, née en 1994, débute ses études auprès de Larissa Kolos au CRR de Paris où elle y obtient son DEM (Diplôme d’Études Musicales). À dix-huit ans, elle intègre à l’unanimité le CNSMD de Lyon dans la classe de Marianne Piketty.

Lors de master class, elle bénéficie de l’enseignement de grands artistes tels que Christian Altenburger, James Buswell, Nora Chastain, Michael Frischenchlager et Antje Weithaas.

Romane est appelée à participer à plusieurs festivals comme, les Rencontres Musicales de Haute Provence, Classicaval, le Festival Mille Sources et Dordogne ainsi que Musique aux 4 Horizons. Elle y participe en tant que soliste ou chambriste ce qui lui donne la chance de se produire avec des grandes personnalités telles que Olivier Charlier, Raphaël Merlin (violoncelliste du quatuor Ébène), Marianne Piketty, Jean-Guihen Queyras, Antje Weithaas, Tabea Zimmermann…

Parallèlement à son cursus elle remporte le second prix du concours « Young Artist with Orchestra » à Milan (mai 2014) et est lauréate du concours Mille Sources et Dordogne.

Elle obtient brillamment son DNSPM (Diplôme National Supérieur de Pratique Musicale) en juin 2015 ainsi qu’une mention spéciale lors des examens de fin de cycle de musique de chambre.

Louise Salmona – violon

Violoniste à l’Orchestre de l’Opéra National de Paris, Louise se produit également en tant que chambriste dans de grandes salles européennes telles que le Concertgebouw et le Muziekgebouw d’Amsterdam, la Chapelle Reine Elisabeth à Bruxelles, le Festival International de la Roque d’Anthéron, (Ensemble en résidence), le Festival Musica,  etc., ainsi qu’à plusieurs reprises sur France Musique. Elle est aussi membre fondatrice de l’Ensemble Polygones, qui interprète un répertoire essentiellement romantique  pour piano, cordes, et vents.

En tant que soliste, elle donne des concerts en France et en Angleterre, sous la direction notamment de Peter Csaba et de Mark Austin (assistant des BBC Proms), dans des concertos de Mendelssohn, Mozart, Bach et Vivaldi. Enfin, elle prête régulièrement son concours à des formations symphoniques prestigieuses telles que le Gustav Mahler Jugend Orchester, le London Symphony Orchestra, et le Royal Concertgebouw Orchestra, dont elle est académiste durant la saison 2012-2013.

Louise est diplômée d’un Master et d’un Artist Diploma du CNSM de Lyon dans la classe de Marianne Piketty, et d’un Cycle de perfectionnement du Royal College of Music (classe de Daniel Rowland). Elle bénéficie du soutien de l’Adami, et du Mécénat Musical Société Générale.

Nicolas Sublet – violon

Nicolas Sublet, violoniste français, étudie actuellement en master au CNSMD de Lyon, dans la classe de Marianne Piketty. Il a été auparavant élève à la Haute École de Musique de Genève, auprès de Patrick Genet.
Sa participation à de nombreuses master classes lui a permis de recevoir les conseils de grands maîtres tels que Michael Frischenschlager, Mihaela Martin, Christian Altenburger, Marco Rizzi, Kyoko Takezawa…
Il est également invité à plusieurs festivals tels que Musique aux quatre horizons, Les Rencontres Musicales de Haute Provence, Festival Mille Sources et Dordogne , ce qui lui permis de jouer auprès de grands artistes comme Gilles Apap, Olivier Charlier, Nicolas Dautricourt, François Dumont, Raphaël Merlin, Marie-Annick Nicolas et Marianne Piketty.

En 2011, il gagne le concours « Jeunes Solistes 1000 Sources ».
En 2013, il remporte le troisième prix du concours international de Bled.