Izleh Henry commence le violon à l’âge de huit ans et entre cinq ans plus tard dans la classe Matis Vaitsner au Conservatoire du XIXe arrondissement de Paris. Au cours de masterclasses, il reçoit parallèlement les conseils de Cyrus Forough et Mikhail Vaiman.

En 2006, alors âgé de 17 ans, il intègre le CNSMD de Lyon et la classe de Marianne Piketty assistée de Nathalie Geoffray-Canavesio et de Dominique Lonca.

Soucieux de s’enrichir de nouvelles expériences, il décide de partir se perfectionner à l’Université des Arts de Berlin (UdK) et rejoint le Master Soliste dans la classe de Mark Gothoni en 2011. Il bénéficie en 2012 du programme Erasmus et de l’enseignement de Michael Frischenschlager à l’Université de Musique de Vienne (MDW)

L’influence de ces diverses écoles l’amène à s’interroger sur les sources de l’interprétation et révèle alors son goût pour l’interprétation historiquement informée. Il entre alors en 2012 en Master Soliste d’interprétation historique dans la classe de violon/alto d’Irmgard Huntgeburth à l’Université des Arts de Berlin (UdK). La même année, Izleh est sélectionné pour participer à l’académie de l’ « Orchestra of the Age of Enlightenment » de Londres.

Son expérience de la pratique sur instruments d’époque lui permet d’être invité comme formateur par le Jeune Orchestre Atlantique sous la direction de Phillipe Herreweghe, mais également de se produire au sein de divers ensembles spécialisés en tant que leader, soliste ou tuttiste.

Izleh est lauréat de la fondation DAAD 2013/2014.