bios_mp

De Bach à Piazzolla, de la diminution baroque à la création contemporaine, la violoniste Marianne Piketty développe une carrière aussi dynamique que versatile. Ses apparitions solistes, en récital, à la tête d’un ensemble, ainsi que ses nombreux projets de musique de chambre font parler de « Densité, fougue, virtuosité, intériorité et générosité ». Entre autres.
Marianne Piketty donne son premier concert en soliste à la Salle Pleyel, âgée de sept ans, puis elle se diplôme au CNSM de Paris et à la Juilliard School de New-York dans la classe de Dorothy DeLay. Elle est l’une des héritières de la tradition classique du violon grâce à sa formation auprès de grands maîtres tels que Itzhak Perlman ou Yehudi Menuhin.

Son implication dans la recherche interprétative l’amène à poursuivre sa formation en musique ancienne auprès d’Odile Edouard et Olivier Fourés.

Depuis ses débuts au Carnegie Hall de New York, elle poursuit une importante carrière internationale. Aussi, elle est invitée de Paris à Saint Petersbourg à se produire en soliste sous la baguette de chefs tels que Yehudi Menuhin, Pascal Verrot, Pascal Rophé, Georges Pelhivanian, Eric Bergel, Jean-Jacques Kantorow.

Artiste aussi charismatique qu’incontournable dans l’hexagone, Marianne Piketty se distingue notamment par une extraordinaire envie d’entreprendre, un goût inépuisable pour les nouvelles rencontres et la performance, avec toujours au cœur la volonté de partage et l’esprit du collectif. La rigueur, l’exigence et le dépassement de soi sont les maîtres mots d’une violoniste qui pratique son instrument au pas de course, au rythme d’un athlète.

Passionnée de musique de chambre, Marianne Piketty compte parmi ses partenaires les pianistes Dana Ciocarlie, Sofya Gulyak, Éric Le sage, Silke Avenhaus, ainsi que les violoncellistes Xavier Phillips, Emmanuelle Bertrand, Ophélie Gaillard, Jean-Guihen Queyras, les clarinettistes Paul Meyer et Chen Halevi ou encore l’accordéoniste Pascal Contet et la marimbiste Vassilena Serafimova.

Engagée dans la création contemporaine, elle passe commande auprès de nombreux compositeurs actuels. Elle donne la première à Kiev du concerto de Renaud Gagneux avec l’Orchestre de la Philharmonie d’Ukraine, et est dédicataire d’œuvres de Graciane Finzi, Edith Canat de Chizy, Laurent Mettraux, Renaud Gagneux, Javier Torres Maldonado, Jean-Pierre Drouet, Tomas Bordalejo, Benjamin Attahir.

Elle est également particulièrement investie dans la redécouverte de la musique française rare des XIX et XXe siècles et fait preuve d’un engagement sans faille dans la défense et la mise en valeur des femmes compositrices.

En 2013, Marianne Piketty réunit autour d’elle Le Concert Idéal, ensemble à géométrie variable de jeunes solistes et chambristes qui emploient toutes leurs ressources pour explorer la musique sous toutes ses coutures, au travers du temps et de l’espace mais aussi de ses relations avec la littérature, le théâtre et la danse.

En tournée depuis 2016, leur spectacle chorégraphiée et mis en lumière Vivaldi Piazzolla est unanimement accueilli par la Presse et le public. Leur premier enregistrement, sorti en avril 2016 chez Harmonia Mundi Little Village a reçu le
Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros.

Nouvellement en résidence à l’Abbaye de Noirlac, Le Concert Idéal travaille à ses prochaines créations, notamment le spectacle « Arianna » qui entremêlera les œuvres emblématiques de Locatelli et une création d’Alex Nante. Le spectacle sera mis en lumière et en espace par Olivier Fourés, créé en Juin 2018 et enregistré pour le label Aparté.

Marianne Piketty a enregistré l’intégrale des sonates pour violon seul d’Eugène Ysaye. Ses enregistrements avec la pianiste Dana Ciocarlie ont fait écrire au journal Le Monde : « … un duo hors pair. Le violon de Marianne Piketty a une pointe de Paganini au bout de l’archet et des gènes tziganes dans le creux des cordes. »

Marianne Piketty est par ailleurs professeur au CNSM de Lyon et donne de nombreuses master classes en Europe et en Asie. Elle est directrice artistique de l’Association Musique à Saint-Quentin en Yvelines, des Rencontres Internationales de Mirecourt, du festival Musique aux 4 Horizons à Ronchamp et du festival Mel Bonis à Vienne.

Marianne Piketty joue un violon vénitien de Carlo Tononi daté de 1685.

www.mariannepiketty.com