bios_pbPauline Buet possède un parcours empreint d’éclectisme: la musique de chambre, en « formation sonate » avec la pianiste Katia Krivokotchenko (Lizst, Rachmaninof, Chostakovitch, Piazzola) ou sous les conseils d’Alain Meunier et Bruno Pasquier au CNSM de Paris. La musique baroque, et la place privilégiée qu’elle offre au violoncelle dans la basse continue, avec les Arts Florissants de William Christie, la Grande Ecurie et la Chambre du Roy de Jean-Claude Malgoire, les Musiciens du Paradis d’Alain Buet.

De la création contemporaine au dialogues avec la danse, plaisir et  exigence jallonent son travail marqué par les enseignements de Jean-Marie Gamard au CNSM de Paris dont elle obtient le Prix en 2007, Peter Hörr et Peter Bruns à Leipzig, puis en perfectionnement auprès d’Emmanuelle Bertrand et d’Emmanuel Balssa.

Sa sincérité musicale, le magnétisme qu’elle exerce, le dialogue qu’elle instaure avec le public la poussent à se produire seule, dans les suites de Bach, de Bloch, ou dans les jeux sonores des pièces de Kaija Saariaho qu’elle affectionne particulièrement.