• English
  • L’Heure Bleue

    L’Heure Bleue est ce moment fugitif entre la fin de la nuit et le jour qui se lève, ce moment de silence, d’incertitude et de promesse où la vie suspendue s’enferme ou se transforme…

    Ce projet est né du désir de Marianne Piketty de lier l’œuvre lumineuse de Hildegarde de Bingen au Concerto funèbre de Karl Amadeus Hartmann.

    Le compositeur allemand, farouchement opposé au nazisme, choisit dès 1933 l’exil intérieur, refusant de prendre part à toute vie culturelle mais désirant témoigner. Chacune de ses œuvres sont des dénonciations et des appels à la résistance. Son concerto, écrit en 1939 et dédié à son fils de quatre ans, est un véritable cri contre l’aveuglement humain mais aussi une œuvre qui se veut porteuse d’espoir et d’une profonde foi en l’avenir de l’humanité.

    Cette musique, aux aspects sombres, est mise en résonance avec la musique céleste de Hildegarde de Bingen. A la fois abbesse, compositrice, médecin et écrivain, elle était connue pour avoir été inspirée dès l’enfance par de nombreuses visions divines. Les trois Visions choisies sont trois piliers fondateurs qui guident vers la lumière.

    Afin d’interroger le 21e siècle, nous avons passé commande à Philippe Hersant qui a écrit Une vision d’Hildegarde, qui est comme un trait d’union entre ces deux mondes – vision mystique et vision d’enfer. 

    Ecouter en ligne

    Les deux pièces pour octuor à cordes de Chostakovitch viennent compléter ce programme, échos aux citations du concerto. Chostakovitch n’a que 18 ans lorsqu’il compose ces deux mouvements qui furent dédiés à l’ami poète Volodia Kurtchavov, disparu prématurément. Dans ces pièces se déchaîne toute la force viscérale qui frappe dans l’œuvre de Chostakovitch et ne laisse jamais l’auditeur indifférent.

    Au-delà d’une succession d’œuvres qui pourraient exister par leurs seules éloquence, force et beauté, il s’agit de plonger dans une expérience sensorielle et intellectuelle qui rappelle que ce ne sont ni les lieux ni les époques qui déterminent nos passions.

    « Dans le Concerto funèbre d’Hartmann, Marianne Piketty y est irrésistible » Le Monde (2020)
    « 5 étoiles ***** : La palette expressive de Marianne Piketty, soutenue par Le concert Idéal, fait de cette « Heure Bleue » un voyage intérieur d’une grande densité : refusant toute esbroufe démonstrative, elle donne des œuvres choisies une vision à la fois cohérente et profonde.  » Classica (2020)
    « Inspiré par des cordes qui ont du coffre (Le Concert idéal) et par une violoniste douée pour l’itinérance (Marianne Piketty), Philippe Hersant livre ici l’une de ses œuvres les plus abouties » Le Monde (2020)
    « Un disque riche et inspiré, qui invite à regarder au plus profond de soi-même. » ComposHer (2020)