• English
  • Le Fil d’Ariane

    Locatelli est généralement présenté comme l’un des plus dignes représentants de ces violonistes et compositeurs italiens baroques qui jouaient, les yeux exorbités, l’écume aux lèvres, la perruque folle, la contorsion nerveuse et le pied sonore. Lors des concerts l’audience hurlait, faisait trembler les murs, la transe envahissait les lieux. Les vibrations fabuleuses de ces virtuosi étaient même capables de faire évanouir des petits oiseaux ! Mais au-delà de ce personnage fantasque, Locatelli est un compositeur hors pair : il ne cesse d’explorer, n’hésite pas à se perdre dans les tonalités les plus improbables, les structures les moins symétriques, ses mouvements lents se déploient dans une juste expression qui touche l’être au plus profond.
    Sa musique offre un espace d’expression et de créativité qui a séduit Marianne Piketty, elle explique :  “Sa musique est capable d’éveiller une joie, une jubilation, une truculence et un humour espiègle au travers de ses mouvements rapides…un enthousiasme haut en couleurs.” Un style pour le moins décousu,  parfois même déconcertant, et pourtant d’une telle justesse qu’il parvient à exprimer aussi bien le drame le plus intense que  la tendresse la plus subtile.
    Fil d’Ariane rassemble les plus belles pages de ce compositeur méconnu, celles qui mettent en relief cet univers sonore singulier, n’hésitant pas à rassembler des identités à priori diverses pour construire notre déroulé dramatique. Il s’agit d’une traversée, celui du tourbillon de la vie où l’on passera d’une Sinfonia funebre à une introduzione teatrale, du silence à la lumière, de la plainte à l’émancipation d’Ariane.

    Ecouter en ligne

    C’est cette idée de variété et d’errance, de perte de point de repère, qui a motivé ce projet. Le programme présente différents îlots de la musique de Locatelli… entre lesquels le jeune compositeur Italo-Argentin Alex Nante se charge de dériver : « Il s’agit symboliquement du vagabondage de l’âme qui déambule à travers des états désolés et silencieux ou agitée par des doutes profonds, dans l’attente d’une vérité qui puisse la rendre libre ». 

    Un Fil d’Ariane qui cherche à montrer combien les différences n’ont aucun problème à coexister, et combien leurs confrontations, aussi paradoxales soient-elle, sont toujours un moteur vers l’émancipation.

    « A la tête de son ensemble, le bien nommé Concert idéal, Marianne Piketty déroule avec art la pelote de fils violonistiques dans un labyrinthe dont, comme nous, elle ne semble pas vouloir sortir. » Le Monde (2018)

    « La musique d’Alex Nante se glisse habilement entre les mouvements de Locatelli. Le lien  persiste grâce au dynamisme et à l’agilité des musiciens, qui semblent avoir tissé ce disque d’une formidable cohérence en un seul morceau. » ComposHer (2018)

    « This is an album of joyful synthesis and occasional genius, a thoughtful experiment in threading together the old and the new. » Gramophone (2018)